Reliant l'avenue Louise à la chaussée de Waterloo, la rue Tenbosch ne compte que quelques constructions (nos 1 à 21, nos 2 à 34) sur le territoire de Bruxelles, partagée qu'elle est avec le territoire d'Ixelles.

La rue Tenbosch est tracée selon le plan de l'inspecteur-voyer Victor Besme et l'arrêté royal du 20.02.1864 qui fixe le plan général d'alignement pour l'ouverture de rues et places sur le territoire compris entre l'avenue du Bois de La Cambre et les chaussées de Waterloo et de Charleroi, soit le quartier dit Tenbosch. L'angle avec la rue Kindermans est quelque peu modifié par l'arrêté royal du 21.02.1927.

La rue Tenbosch s'implante sur un ancien chemin du même nom dont elle rectifie le tracé, et qui traversait le petit hameau de Den Verkeerde Haan (hameau du Coq Retourné). Sa dénomination très ancienne est confirmée en séance du Conseil communal de Bruxelles du 23.11.1866.

Les premières maisons mitoyennes apparaissent dès 1871, néoclassiques pour la plupart. Au no 2, un hôtel particulier de style éclectique, de 1871, formait harmonieusement l'angle avec l'avenue Louise. Cependant, l'urbanisation définitive de la rue est à situer surtout entre 1900 et 1912. Elle se caractérise par une série de maisons bourgeoises et d'hôtels particuliers de style Beaux-Arts, conçus par des architectes en vogue, qui assurent à l'artère un cachet particulier. La plupart de ces maisons se définissent par un plan assoupli par rapport au traditionnel « trois pièces en enfilade » bruxellois : un puits de lumière éclaire la cage d'escalier, souvent placée au centre du plan. À noter aussi que des garages pour automobiles sont prévus dès le départ dans beaucoup de cas.

Rue Tenbosch 9, intérieur typique de l'architecture de style Beaux-Arts avec escalier conçu comme l'épine dorsale de la maison, directement éclairé par un vaste lanterneau en toiture plate (aujourd'hui modifié), architecte Paul SAINTENOY, coupe, AVB/TP

Dans son ensemble, la rue n'a que peu souffert de destructions par rapport aux autres artères du quartier de l'avenue Louise, à l'exception des premiers numéros pairs. Dans l'îlot compris entre la rue Tenbosch et la rue du Magistrat est construite en 1875 la Brasserie Louise qui comprenait une malterie, une brasserie et de vastes caves glacières. Elle sera détruite en 1923-1924 pour faire place au garage Minerva (voir no 21). Au no 18, un immeuble à appartements de style moderniste, de 1966 (architecte A. Grimmiaux) présente d'intéressants jeux de matériaux en façade.

Par ailleurs, la rue Tenbosch est soumise au plan particulier d'aménagement approuvé par l'arrêté royal du 07.07.1970, portant sur l'avenue Louise et ses rues adjacentes.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 26899 (1861-1871) ; 2 : 14488 (1871) ; 18 : 92357 (1966) ; 21 : 22856, 22857 (1875).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1866, II, 598.
ACI/TP Historique des rues (1925).

Ouvrages
DUQUENNE, X., L'avenue Louise à Bruxelles, non publié, pp. 9, 90.
GUILLAUME, A., MEGANCK, M., Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles : Bruxelles-Quartier Louise, Région de Bruxelles-Capitale - Musées Royaux d'Art et d'Histoire, Bruxelles, sous presse, p. 4.