Typologie(s)

immeuble à appartements
immeuble de logements sociaux

Intervenant(s)

Joseph CALUWAERSarchitecte1925-1935

Styles

Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2013-2015

id

Urban : 23600
voir plus

Description

Ensemble comprenant plus de trente immeubles de logements sociaux d'inspiration Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs., construit pour la Société anonyme des habitations à bon marché de la Commune d'Ixelles, par l'architecte Joseph Caluwaers, entre 1928 et 1935.

Les plans du complexe sont dessinés dès 1925, alors que le chantier de la cité Volta, située à quelques pas et due au même architecte, s'achève. Plusieurs modifications interviennent avant le début du chantier et pendant celui-ci.

Complexe d’immeubles de logements sociaux, élévation à front de l’avenue Pierre et Marie Curie, ACI/Urb. 253-2 à 20 (1935) ; 136-2 à 24 (1932).

Élévations en briques rouges rehaussées d'éléments en pierre bleue (notamment à bossages rustiques) et de crépiLe crépi est un enduit non lissé de plâtre ou de mortier. Il est rugueux, ce qui le distingue des autres enduits.. La hauteur des immeubles varie: trois niveaux sous pseudo-mansarde à toit plat; quatre niveaux sous toit plat; quatre niveaux sous pseudo-mansarde à toit plat; et cinq niveaux sous toit plat. Fenêtres rectangulaires alignées en travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. régulières elles-mêmes scandées de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée mises en évidence par des ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. aux étages (oriels ou loggias). Angles traités en tourellesPetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. percées de minces fenêtres éclairant les cages d'escaliers. Divers décors de briques: encadrements de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. en escalier, damiers et frisesBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. d'arcatures. Les pseudo-mansardes sont percées de massives lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. en maçonnerie. Au milieu des rues Jean Vandeuren et Léopold Delbove, immeubles établis en retrait de l'alignement.
Les différences de niveau, les ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., les tourellesPetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles., l'emploi de la pierre à bossages rustiques, l'alignement stricte des fenêtres et les lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. massives confèrent à l'ensemble un aspect austère.

L'ensemble, généralement en mauvais état, voire insalubre, est en cours de rénovation.

Sources

Archives
ACI/Urb. 136-2 à 24; 253-2 à 20.

Arbres remarquables à proximité