L'avenue des Saisons relie le boulevard Général Jacques à la chaussée de Boondael. Les rues Émile Banning, Élise et Maximilien y débutent; les rues du Printemps et de l'Automne y aboutissent.

L'avenue des Saisons est la conséquence du prolongement et de l'élargissement de l'ancienne rue du Cygne au-delà du boulevard Général Jacques, selon l'arrêté royal du 14.09.1890. Cette artère aujourd'hui disparue débutait aux abords de la rue de la Brasserie. Elle perdit son premier tronçon dans le cadre du réaménagement du quartier du Cygne tandis que les tronçons suivants, redressés et élargis, furent rebaptisés avenue Émile de Beco (1906) et rue Jean Paquot (1945).

S'étalant des années 1890 aux années 2000, le bâti de l'avenue des Saisons est très hétéroclite. Les petites maisons ouvrières côtoient des immeubles de rapport, des maisons de classe moyenne – voire bourgeoises –, de petites entreprises en intérieur d'îlot et des immeubles récents.

Avenue des Saisons 28 et 30 (photo 2014).

Entre 1892 et 1900, un certain nombre de maisons (notamment les nos54, 56 et 58 en 1892 et les nos28 et 30 en 1893) sont construites avec l'aide du Comité de patronage d'Etterbeek, Ixelles, Saint-Josse-ten-Noode et Schaerbeek. Les comités de patronage ont été créés dans le cadre de la loi de 1889 sur le logement ouvrier. Cette loi avait pour but de pallier aux carences des communes dans ce domaine. Ainsi les comités de patronage fournissent un «certificat d'ouvrier» aux candidats acquéreurs qui obtiennent dès lors un prêt avantageux auprès de la Caisse Général d'Épargne et de Retraite. Ce certificat servait également de garantie auprès de la commune. Le propriétaire bénéficiait aussi d'une exonération de taxe.

Avenue des Saisons 48 (photo 2014).

À la même époque, sont également construites des maisons plus cossues, telles que la maison de style éclectique de l'architecte Desteinbachberick (n°48, 1892) et le n°93 (1898) d'inspiration Art nouveau et dont le deuxième étage a été complètement modifié au début des années 1920.
Entre 1900 et 1915, des maisons de rapport à rez-de-chaussée commercial s'érigent principalement à proximité des carrefours (notamment les nos74, 76-78-80 et 82, architecte Joseph Hallaux, 1912).
À l'instar des autres îlots du quartier des Saisons, celui compris entre l'avenue des Saisons et la rue de l'Été est occupé dès 1900 par de petites entreprises (dépôts de matériaux de construction, petits ateliers de menuiserie) dont les bâtiments, maintes fois transformés, sont aujourd'hui dévolus au commerce ou à l'habitat. Les parcelles non bâties qui devançaient autrefois ces ateliers et hangars ont été comblées par des immeubles à appartements au cours des années 2000.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/TP Historique des rues (1925).
ACI/TP 269.
ACI/Urb. 54, 56 et 58: 269-58; 28 et 30: 269-28;48: 269-48; 93: 269-93; 74, 76-78-80, 82: 269-74 à 80.

Ouvrages
HAINAUT, M., BOVY, Ph., Le quartier de la Petite Suisse, Commune d'Ixelles, Bruxelles, 1998 (À la découverte de l'histoire d'Ixelles, 2).
Ixelles, Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU, Bruxelles, 1990, pp.121-123.