Typologie(s)

église provisoire

Intervenant(s)

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Forest (DPC-DCE - 2014-2020)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016-2019

id

Urban : 38817
voir plus

Description

Ancienne chapelle Saint-Antoine faisant partie de la paroisse du même nom, 1897.

Histoire

Dès le milieu du XIXesiècle, une chapelle dédiée à Saint-Antoine existe déjà dans le quartier de l'actuelle ligne de chemin de fer Bruxelles-Luttre. Cette chapelle est endommagée en 1872-1873 par des travaux au chemin de fer et est reconstruite par les agriculteurs qui vivent à proximité. Ils y organisent une fête annuelle avec une procession en l'honneur de Saint-Antoine, qui doit protéger leur bétail contre les épidémies.

L'urbanisation rapide à la fin du XIXesiècle et l'augmentation correspondante de la population conduisent en 1897 à la création d'une nouvelle paroisse qui honore le saint existant: la paroisse de Saint-Antoine de Padoue. À cette fin, une chapelle provisoire est construite la même année encore dans la rue de Mérode. La chapelle s'avère bientôt trop petite et à partir de 1899, la municipalité prévoit la construction d'une église définitive plus grande qui fait partie d'un nouveau plan urbain comprenant le parvis Saint-Antoine et les courtes rues environnantes. L'ensemble doit donner une meilleure perspective sur l'édifice religieux. L'église en style néogothique est dessinée par les architectes Henri Vaes et Paul Saintenoy en 1902.
L’église est construite en deux phases, dont la première partie le long du chœur en 1907. Pour des raisons financières, la seconde partie ne voit le jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. qu’en 1949-1953 et selon les plans modifiés de l’architecte De Bauwer.

En 1912, la chapelle provisoire est désacralisée et utilisée comme imprimerie. De nouvelles baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. sont alors prévues le long de la façade avant et l'intérieur est fortement aménagé.

Description

Façade en briques sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits. Éléments en pierre blanche. Porte d'entrée centrale. Baies rectangulaires ajoutées en 1912.

Sources

Archives
ACF/Urb. 1237 (1897), 5751 (1912).

Ouvrages
HUSTACHE, A., Forest, CFC-Editions, Bruxelles, 2001 (coll. Guide des communes de la région bruxelloise), p.43.
VOKAER, J.P., Par les rues de Forest. Etude sur la toponymie locale, Bruxelles, 1954, pp.88-89.