Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

DECHAMPS1905-1906

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Etterbeek (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 14207
voir plus

Description

Ensemble de cinq maisons de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. construites d'après des demandes de permis de bâtir de 1905 (nos 156 à 160) et 1906 (nos 162 et 164), selon les plans de l'arch. DECHAMPS.

Façades en briques rouges, bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. et plintheAssise inférieure d’un soubassement ou soubassement de hauteur particulièrement réduite. en pierre bleue.

Rue de Linthout 156 (photo 1994).

No 156. Trois niveaux sur caves hautesSous-sol à demi enterré, surélevant le rez-de-chaussée. et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales. Dans la travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., grande ouverture de cave en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. outrepassé grillagée sous une baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. au r.d.ch. Un large linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. sépare cette dern. d'une ouverture cintrée de même largeur, au ler étage, précédée d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. et doublée d'un rouleau d'archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. en coups de fouet. Deux fenêtres rect. identiques terminent l'élévation. Au-dessus de la porte rect. à deux battants sous un auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. en appentisToit à un seul versant., une étroite baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. rattrape le 2e niveau sous un rouleau d'archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche.. Une baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. sous la corniche de bois. Plusieurs appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. à becsPetite bouche par laquelle s’évacuent les eaux pluviales. Le terme désigne également un motif décoratif qui évoque un bec..

Rue de Linthout 158 (photo 1994).

Nos 158, 160, 162. Construits sur un schéma symétrique, les nos 158 et 160 comptent quatre niveaux. Porte partiellement vitrée sous un jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale., doublé d'un rouleau d'archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. en coups de fouet. Deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. identiques éclairent le r.d.ch. entièrement en pierre bleue. Au 1er étage, grande baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. à porte-fenêtre centrale précédée d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. encadrée de deux joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. latéraux. Elle est inscrite, avec la fenêtre en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. du 2e étage, dans un panneau en creux doublé d'un rouleau d'archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche.. Deux fenêtres cintrées terminent l'élévation sous la corniche de bois.
Rue de Linthout 162 (photo 1994).
Le no 162, quasi identique, présente quelques différences comme l'entrée surmontée d'un jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. rect., les baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. du r.d.ch. remplacées par une porte de garage en 1965, l'ouverture surbaissée du 2e étage, les deux fenêtres rect. sous la corniche ou les appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. à becsPetite bouche par laquelle s’évacuent les eaux pluviales. Le terme désigne également un motif décoratif qui évoque un bec..

Rue de Linthout 164 (photo 1994).

No 164. La plus importante des cinq maisons est construite sur quatre niveaux et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales. Importante entrée surbaissée comprenant un battant central accosté, à dr., d'un dormant et, à g., d'un jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. séparé de la porte par une colonnette en métal. Large encadrement en pierre aux volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.. Aux deux lers étages, une fenêtre rect. et une baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. surbaissée inscrites dans un même panneau en creux sous un rouleau d'archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche.. Même disposition reprise dans la travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., plus large, au-dessus de deux fenêtres rect. éclairant le r.d.ch. Porte-fenêtre au ler étage précédée d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Au dern. niveau, intéressante ouverture en quart de cercle, divisée par une colonnette métallique et une simple baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. dans la travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale.. Corniche de bois sur deux niveaux décalés au-dessus de trois trous de boulin décorés de volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc.. Nombreux appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. à becsPetite bouche par laquelle s’évacuent les eaux pluviales. Le terme désigne également un motif décoratif qui évoque un bec..

Sources

Archives

ACEtt./TP17486 (1905), 202 (1906), Reg. d'entrée 1883 (1965).