Typologie(s)

maison de la culture/centre culturel
cinéma
salle des fêtes

Intervenant(s)

Robert MAHIEUarchitecte1988

Pierre VAN BEESENarchitecte1904

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Inventaire des salles de cinéma (1993)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Etterbeek (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Social
  • Technique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 15393
voir plus

Description

Maison construite d'après une demande de permis de bâtir de 1904, sur les plans de l'arch. P. VANBEESEN, à l' emplacement d'un anc. bâtiment, annexe de l'institut Saint-Stanislas. La cour et le jardin donnaient r. du Maelbeek.

Sur le plan originel, large façade de briques alternées de bandes polychromes, de trois niveaux et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. R.d.ch. éclairé par quatre portes-fenêtres vitrées. La 1re était une entrée cochère pas plus large que les autres mais les doubles chasse-roues en déterminent l'usage tandis que les trois portes à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. sont précédées d'une marche. Les arcs de déchargeArc noyé dans un mur plein, qui surmonte généralement un linteau ou un autre couvrement et sert à le soulager. décorés de briques polychromes sont terminés par un élément décoratif en coup de fouet, seules les extrémités sont frappées d'une clefClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel. décorative. 1er étage éclairé par quatre baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect., dont deux portes-fenêtres précédées d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. aux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales. Quatre baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. surbaissées à l'étage supérieur sur panneaux d'allègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. décorés de briques polychromes. FriseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de briques de couleurs différentes et consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. effilées supportant la corniche.

En 1909, on décide d'y construire une salle des fêtes au r.d.ch. :

Chaussée de Wavre 366-368. Centre socio-culturel Léopold Sédar Senghor. Salle de spectacle de 1909 , vue vers la scène (photo 1994).

salle à gradins entourée d'une galerie munie d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. ; scène inscrite dans un encadrement mouluré en cavet en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale., décorée aux angles de feuillages et de deux médaillonsCartouche rond ou ovale. reprenant la lettre T à g. et la lettre C à dr. ; au centre, décoration reprenant les attributs de la fête ; superposition de colonnes en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. décorées, au niveau supérieur de chapiteauxCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. corinthiens. La salle est éclairée par des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. latérales formant arcature et séparées par de superbes cariatidesStatue féminine jouant le rôle d’une colonne ou d’une console et portant une corniche, un entablement, un chapiteau ou un balcon. engainées. Au plafond, quatre panneaux de verre teinté rect. éclairent la salle.

En 1922, sur les plans de l'arch. Arthur MEULEMAN, on transforme la façade pour des raisons de sécurité, remplacement des quatre portes du r.d.ch. par une large ouverture en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. à quatre battants semi-vitrés, encadrée par deux portes en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. plus petites et grillées ; toutes les trois soulignées d'un larmierMouluration horizontale qui présente un canal creusé dans sa partie inférieure, servant à décrocher les gouttes d’eau afin d’éviter leur ruissellement sur la façade. Le larmier isolé possède un chanfrein comme moulure supérieure. Le larmier constitue l'un des éléments de la corniche. continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées.. L'inscription « CONTINENTAL » trône au centre de la façade. Les deux portes-fenêtres du 1er sont transformées en baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement..

En 1936, on décide d'y construire une salle de cinéma et de modifier la façade. Victor BOURGEOIS s'y activera. Le cinéma changera de nom et s'appellera « RIXY ».

En 1983, lors de la rénovation du tronçon piétonnier de la ch. de Wavre, l'arch. R. MAHIEU y aménage un centre socio-culturel inauguré officiellement en 1988 ; on lui donne le nom de Léopold Sédar Senghor.

Sources

Archives
ACEtt./TP 17088 (1904), 2415 (1909), 2162 (1922), 3251 (1936), Reg. d'entrée 3405 (1983).