Montant de la rue Royale à la place des Barricades, cette rue rectiligne remplace un ancien chemin sablonneux qui longeait la deuxième enceinte. Elle participe de l’extension de la ville vers le Nord-Est entreprise après le démantèlement des remparts et la création des boulevards de ceinture à partir de 1819. On prolongea alors, à partir de 1822, la rue Royale jusqu’à la porte de Schaerbeek, on traça le boulevard Bischoffsheim. En 1824, on réalisa la place des Barricades, place circulaire où convergent cinq rues dont la rue de la Sablonnière. Sur le plan de 1835 de W.B. Craan, le côté pair (Nord) n’était pas encore construit ; lors de la restructuration de 1874 du quartier Notre-Dame-aux-Neiges par l’architecte A. Mennessier (voir rue du Congrès), le plan de lotissement ne comportait des parcelles que du côté Sud, pour l’angle avec la rue de l’Association et pour les actuels nos 9, 11, 15 (voir ces numéros).

Mis à part quelques témoins du bâti de base des années 1835-1840, la rue se compose principalement de constructions en série du dernier quart du XIXe siècle, en général des maisons à corps simple. Leurs façades caractéristiques, en style néoclassique ou éclectique, enduites ou combinant des matériaux contrastés, se rattachent à l’architecture du quartier Notre-Dame-aux-Neiges. Au type du bâti moyen de ce quartier appartiennent entre autres les nos21 (1893) et 22, 24 (1887, architecte Kuypers ; au n° 24, quatrième niveau ajouté en 1933). L’édification de grands immeubles de bureaux ou d’appartements a peu modifié le gabarit général (n° 7, conçu par l’architecte G. Heerebout en 1951).


Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 21258 (1893), 21306 (1887) et 41814 (1933), 60503 (1951).