Courte avenue rectiligne reliant l'avenue Franklin Roosevelt au carrefour formé par les avenues du Derby, de la Forêt et d'Italie. L'artère est située en majeure partie sur le territoire de la Ville de Bruxelles (nos 2 à 12 et 1 à 23), à l'exception de son extrémité, située sur Ixelles.

Le plan du quartier du Solbosch est ratifié par les arrêtés royaux du 23.03.1907 et du 16.07.1907. Comme quasi toutes les rues du quartier, l'avenue du Venezuela est édifiée sur un terrain appartenant à la Ville, répondant à un cahier des charges précis et à un règlement de quartier, tous deux ratifiés en séance du Conseil communal du 02.05.1927. Le cahier des charges impose que « la hauteur et l'aspect architectural » des constructions « soient en rapport avec l'importance des voies publiques » et qu'elles « comprennent au moins une loggia ou un balcon ». Le règlement du quartier du Solbosch requiert, lui, une zone de recul devant les habitations, proportionnelle à la largeur de la voirie. Aménagée en jardinet, la zone est à ceindre d'un « grillage artistique » devant faire l'objet d'un permis de bâtir.
En outre, pour les blocs délimités par les avenues Franklin Roosevelt, du Venezuela, de la Forêt et de l'Uruguay, le Conseil communal arrête, le 08.05.1942, quelques conditions supplémentaires afin de « créer et de maintenir à cet endroit un caractère esthétique particulier ». Avenue du Venezuela, les constructions doivent être « jointives », ne comporter qu'un ou deux étages sous toit mansardé et s'étendre sur 14 à 16 mètres de profondeur. Les façades postérieures doivent être traitées dans les mêmes matériaux que les façades avant. Annexes et arrière-bâtiments sont interdits.
La dénomination de l'avenue est arrêtée en séance du Conseil communal de Bruxelles du 04.12.1931.

À l'exception des nos 2, un immeuble à appartements (architecte Fernand Petit, 1938) sur parcelle traversante avec le no 210 avenue Franklin Roosevelt, et 12 (voir ce no), le bâti de la rue, très homogène, est édifié entre 1948 et 1952. Il s'agit de maisons mitoyennes de type bel étage, relevant principalement du style néo-traditionnel. Au no 7, une maison d'inspiration moderniste est construite en 1949 sur les plans d'Yvan Blomme à la demande de son beau-père, Maurice Sand. Au no 9, une maison de style néo-traditionnel est édifiée en 1951 sur les plans de l'architecte Jacques Obozinski. Côté pair, on trouve çà et là des immeubles à appartements. Citons notamment le no 10 (architecte Léon Mercenier, 1952), à élévation symétrique.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 92338 (1967) ; 2 : 68688 (1938) ; 7 : 60101 (1949) ; 9 : 65587 (1951) ; 10 : 59227 (1949-1952).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1927, 1931, 1942.

Ouvrages
MOUTURY, S., CORDEIRO, P., HEYMANS, V., Les quartiers Franklin Roosevelt et Vert Chasseur, Cellule du Patrimoine historique, Ville de Bruxelles, Bruxelles, 1998, s.p.