L'avenue des Abeilles est partagée entre les territoires de Bruxelles (nos 2 à 12 et 1 à 13) et d'Ixelles. Bordée d'arbres, rectiligne et perpendiculaire à l'avenue Franklin Roosevelt, elle relie cette dernière à l'avenue du Derby.

Le plan du quartier du Solbosch est ratifié par les arrêtés royaux du 23.03.1907 et du 16.07.1907. Comme quasi toutes les rues du quartier, l'avenue des Abeilles s'édifie sur un terrain appartenant à la Ville, répondant à un cahier des charges précis et à un règlement de quartier, tous deux ratifiés par le Conseil communal du 02.05.1927. Le cahier des charges impose que « la hauteur et l'aspect architectural » des constructions « soient en rapport avec l'importance des voies publiques » et qu'elles « comprennent au moins une loggia ou un balcon ». Le règlement du quartier du Solbosch requiert, lui, une zone de recul devant les habitations, proportionnelle à la largeur de la voirie. Aménagée en jardinet, la zone est à ceindre d'un « grillage artistique » devant faire l'objet d'un permis de bâtir. En séance du Conseil communal de Bruxelles du 07.03.1930, l'avenue reçoit sa dénomination, faisant écho aux noms des artères du bois de La Cambre, qui font tous référence à la nature.

L'avenue est bâtie de constructions mitoyennes – maisons unifamiliales ou immeubles à appartements – qui voient le jour pour la plupart entre 1935 et 1940. Elles sont de gabarits divers, modernistes (no 9, architecte Jacques Obozinski, 1940), parfois teintées d'Art Déco (voir no 5, architecte Servais Mayné, 1935), ou d'influence néo-traditionnelle (no 13, architecte J. A. Cnop, 1951). À noter, au no 4, un immeuble moderniste de quatre niveaux, abritant des duplex, conçu en 1938 par les architectes Léon Govaerts et Alexis Van Vaerenbergh.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP 4 : 50461 (1938) ; : 59626 (1950) ; : 54539 (1940) ; 13 : 63418 (1951).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1927, 1930.

Ouvrages
MOUTURY, S., CORDEIRO, P., HEYMANS, V., Les quartiers Franklin Roosevelt et Vert Chasseur, Cellule du Patrimoine historique, Ville de Bruxelles, Bruxelles, 1998, s.p.